Libération

 

Bernard Law

En 2002, alors qu’il avait couvert des centaines d’affaires d’abus sexuels, le cardinal Bernard Law de Boston avait trouvé refuge au Vatican pour échapper à la justice américaine. En 2015, le film oscarisé Spotlight, qui retrace l’enquête du Boston Globe révélatrice du scandale, avait fait connaître le nom du cardinal.

Pierre Pican

Pierre Pican, évêque de Bayeux et Lisieux, avait été condamné à trois mois de prison avec sursis en 2001. Sa faute ? Ne pas avoir dénoncé les agissements pédophiles, dont il avait connaissance, de René Bissey, curé de son diocèse. C’était la première fois depuis la Révolution qu’un évêque était condamné par la justice.

André Fort

En 2018, l’ancien responsable du diocèse du Loiret, Mgr André Fort, a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels sur mineurs. Il était poursuivi dans le cadre de l’affaire Pierre de Castelet, prêtre condamné à trois ans de prison pour des agressions commises en 1993.

André Léonard

En avril 2015, la cour d’appel de Liège a condamné Mgr Léonard dans une affaire de protection de pédophile «pour avoir fait preuve de passivité». Il a dû verser un dédommagement de 10 000 euros à un ex-enfant de chœur abusé de 14 à 18 ans par un prêtre de la province de Luxembourg.

Robert Finn

Mgr Robert Finn, archevêque de Kansas City-Saint Joseph dans le Missouri, aux Etats-Unis, a été condamné en 2012 à deux ans de liberté surveillée pour n’avoir pas signalé un prêtre accusé de détenir des images pédopornographiques. Ce dernier avait officié dans son diocèse de 2005 à 2009.

William Lynn

En juillet 2012, l’Américain William Lynn, un prêtre qui travaillait à l’archevêché de Philadelphie, a été condamné à une peine comprise entre trois et six ans de prison pour avoir couvert les actes pédophiles du prêtre Edward Avery, lui-même condamné en 1999.

 

15 et 17.02.2019

Mgr Léonard de retour en Belgique...

pour son – Journal d’un évêque de campagne.

 

à Bruxelles:

Détails de l'événement

 

Et à Beauraing, le 16 février à 11H00 :

https://www.sanctuairesdebeauraing.be/event/conference-de-mgr-leonard-sur-son-livre/

 

Puis à la foire du livre de Bruxelles 17.02.2019   12.00 - 13.00

 

Mgr Léonard a un nouveau site internet:

voir  Sa retraite

Le film "Grâce à Dieu" tourné dans le diocèse de Namur !

Joël Devillet est né dans la ville d'Arlon...

Le prêtre abuseur de Joël Devillet réside  dans le doyenné de Saint-Hubert...

 

 

Abus : un film tourné dans la basilique de Saint-Hubert et dans une église d'Arlon

(9 janvier) dans Sud-Presse (p. 11) :

Le doyen scandalisé

 

Un film sur la pédophilie tourné dans nos églises

 En avril 2018, François Ozon, le réalisateur français, tournait plusieurs scènes de son dernier film à l’église Saint-Martin d’Arlon et dans la basilique de Saint-Hubert.

 Un film dont le véritable synopsis fut caché à tout le monde. Il s’avère aujourd’hui que le film traite de la pédophilie au sein de l’Église en se basant sur des faits réels jugés en France pour le moment. Intitulé « Grâce à Dieu », il sortira en février prochain. … Contacté par téléphone, l’abbé Goosse, de Saint-Hubert, se dit heurté par la pratique du réalisateur français. Dans le synopsis reçu, il était question du portrait de trois personnes ayant été abusées dans leur jeunesse mais sans plus de précisions. « Ce n’est pas honnête ! Je ne comprends pas pourquoi la réalisation n’a pas joué franc jeu. On reproche souvent à l’Église de ne pas l’être… Les choses qui se sont réellement passées sont graves mais pourquoi ne pas avoir présenté convenablement le synopsis du film ? Mon collaborateur présent sur place m’avait assuré que rien d’irrespectueux n’avait été tourné. Si on m’avait présenté la véritable histoire ? Si c’était pour rendre service à la vérité, je ne m’y serais pas opposé. Mes seules prérogatives étaient qu’il n’y ait rien de contraire à la foi chrétienne et que rien ne choque la sensibilité religieuse des membres de l’Église. La manière de faire est déplorable. »

Jt de Rtl-tvi du 09.01.209

 

Rtl info 09.01.2019

Le nouveau film de François Ozon traite de faits de pédophilie au sein de l'Eglise. La basilique de Saint-Hubert et l'église Saint-Martin à Arlon ont été investies par les équipes de tournage du réalisateur français. Reportage de Sébastien Prophète et Emmanuel Tallarico.

 

Grâce à Dieu fait référence à une affaire traitée en ce moment devant un tribunal français. C’est l’histoire de trois victimes de faits de pédophilie au sein de l’église.

"C’est une réalité malheureusement et on sent à travers l’expression des trois hommes une profonde souffrance", réagit Philippe Goose, doyen de la basilique de Saint-Hubert.

Pas de surprise pour le doyen de la basilique de Saint Hubert. En avril l’an dernier, le réalisateur français François Ozon choisit la basilique comme lieu de tournage durant une journée.

"Il n’y a rien dans la bande-annonce qui ne respecte ce qui a été convenu avec la Basilique au moment du tournage du film. J’avais demandé vraiment que le culte soit respecté, qu’il n’y ait pas d’actes qui puissent scandaliser les paroissiens et les croyants".

"Nous savions que le film allait aborder la remise en question d’un homme de 40 ans", explique la Présidente du conseil de fabrique de l’église d’Arlon, choisie elle aussi par le réalisateur. Le doyen savait-il que la pédophilie au sein de l’église est le thème abordé par le film ? Pas de réponse à cette question. "C'est important de dire que la vérité doit être faite, que l'on ne doit plus cacher ces choses-là. Ce n'est pas uniquement l'Eglise qui a caché, on le voit dans le portrait des deux mères que l'on voit dans la bande-annonce, c'était des choses dont on ne parlait pas", ajoute le doyen

 

 

Journal d´un évêque de campagne

 évoque les 19 années de la charge d´évêque de Namur de Monseigneur Léonard de 1991 à 2010, diocèse composé surtout de campagnes et de forêts. Monseigneur Léonard retrace les points marquants de son épiscopat, ses réflexions sur les enjeux pastoraux d´aujourd´hui.

Pour rappel...

Mgr Léonard, un évêque dans le siècle

Parution septembre 2016

 

a été condamné en appel en avril 2015...

 

ce livre contient 3 pages où ils parlent de la pédophilie dans l'Eglise, pas un mot sur la condamnation sa condamnation. Pas grave, il est pardonné.

je préfère cet évêque à d'autres qui aiment les honneurs et la mondanité... oui les pauvres et les migrents mais avec caméras pour ces prélats.

 

 

 

2019 sera-t-elle l'année où le dossier 'kelk' donnera du fruit?

Dossier kelk-calice

Pour rappel perquisitions datant de juin 2010

dossier toujours à l'instruction !

Joël Devillet y est partie civile.